Home Publications - Auteurs La SAS des Béni-Douala - Réédition

La SAS des Béni-Douala - Réédition

La publication par Max DRIDER, en janvier 2014, de "La SAS des Béni-Douala un adolescent dans la tourmente" n'a pas manqué de susciter un vif intérêt et de nombreuses réactions. Celles des villageois, d'une part, pour préciser ou rectifier tel ou tel évènement "de façon , dit Max, à refléter la réalité de l'époque et s'en tenir à la vérité quelle qu'elle soit". Réactions également d'appelés ayant fait leur service militaire au poste de Taguemount Azouz dit le" Piton", de triste mémoire et aussi d'un sous officier attaché à la batterie d'artillerie d'Ighil Bouzerou qui a bien connu le Capitaine Oudino.
Tel est donc le contenu actualisé de la nouvelle édition. Pour acheter le livre, suivre le lien:


Nous reproduisons ci-dessous notre présentation

Tizi-Hibel au cœur du brasier. C’est le thème central du remarquable témoignage que nous livre Drider Maxou, un enfant du village, dans le livre qu’il vient de publier à Paris. Il fallait bien, qu’un jour, la situation tragique vécue par la population de Tizi-hibel pendant la guerre sorte, enfin, du silence qui l’entoure depuis un demi-siècle.

Si non, comment les nouvelles générations peuvent-elles appréhender le vécu de leurs parents, connaitre leurs engagements, les souffrances endurées, leurs espérances et, hélas, leurs terribles déceptions ? Peux-t-on construire un avenir viable en occultant le passé?

Avec ce récit, Maxou ouvre la voie du témoignage, celui d’ « un adolescent dans la tourmente » qui raconte avec détails sa perception de la vie à Tizi-hibel en pleine guerre.
Il évoque comment, dès le début de l’insurrection, la population du village s’est solidarisée avec les combattants. Elle les a accueillis, hébergés, nourris, financés. Elle a renforcé, de ses meilleurs enfants, les rangs des maquisards, des responsables politiques, des agents de renseignement et de bien d’autres moyens logistiques. L’éveil des consciences suscite l’engagement militant.

Rapidement la guerre s’installe, cruelle. Le contrôle du village devient un enjeu stratégique. De sorte que peu à peu la population se trouve comme prise en étau entre les exigences de responsables FLN, de moins en moins scrupuleux, et la terrible répression de l’armée française qui encercle, détruit, emprisonne, torture et tue sans retenue.

Alors la situation devient intenable. Les hommes fuient quand ils le peuvent, d’autres sont enrôlés de force par l'armée ou assassinés. Femmes et enfants, impuissants, sont livrés à l’arbitraire le plus total. Cette pression conduit à l’occupation du village par l’armée. Barbelés, check points, encadrement militaire, « auto-défense » tout est mis en œuvre pour compromettre la population et isoler le village des maquis. Cette occupation, qualifiée de « ralliement » et largement instrumentalisée par l'armée (passage de De Gaulle à Tizi-Hibel en 1959) aura, malgré tout, permis aux villageois de souffler un peu.

Au cœur de ce dispositif infernal, le Capitaine Georges Oudinot, le chef de la Section Administrative Spécialisée (SAS) de Béni-Douala. La publication par ce dernier, en 2007, de son livre « Un Béret rouge … en Képi bleu » et la diffusion du film d’Alain Sedouy illustrant son itinéraire ont convaincu Maxou de témoigner de la réalité, largement occultée, de l’action militaire du Capitaine dans la région. Le jeune Drider Max, qu’il était à l’époque, n’a-t-il pas été victime, lui-même, du Capitaine « cet infâme individu qui bousilla ma vie » écrit-il.

Il raconte son histoire. Elle commence avec son retour en 1956 , à l’âge de 13 ans, à Tizi-hibel après un séjour de trois ans à Marseille sa ville de naissance. A l’entrée du village, il découvre trois personnes pendus à des arbres sur le bord de la route. C’est le premier contact avec la guerre, le premier choc d’un incroyable parcours à rebondissements qui ne trouvera son dénouement qu’en 1965, trois années après l’Indépendance. Le responsable, c’est le Capitaine, et Maxou entend faire justice, dans son récit, de ce que lui-même et les populations de la région ont subit.

Mouh Dehmous
 

Commentaires 

 
# La SAS des Béni-DoualaVada 28-02-2017 13:04
J’ai essayé l’app PDF Expert pour la même tâche dans sa
version d’essai gratuite. https://PDFExpert.com: https://pdfexpert.com/fr/features/pdf-fill-mac. Jusqu’à là, tout
va bien.
Répondre | Répondre en citant | Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir